L’impact Khem Birch

10 mins read
1

The following is a French translation of an article titled “The Khem Birch Corollary.” The translator is Lucas Favero.

Voici un fait concernant Khem Birch : il est “solid”. C’est connu, vérifié, signé, scellé et livré. Malgré toutes ses limites, il permet de stabiliser les choses. Malgré toutes ses blessures, il fait partie des joueurs qui se donnent le plus sur le terrain. Birch a été, est et sera toujours “solid”. C’était sa réputation depuis bien avant qu’il ne devienne un Raptor de Toronto, et même avant qu’il n’arrive en NBA. Cependant, ces dernières semaines, il a semblé perdre une grande partie de la marge de manœuvre qu’il avait gagnée. Ses limites sont devenues plus flagrantes. Pourtant, même pendant ce qui pourrait être sa période la plus compliquée depuis qu’il a rejoint l’équipe, Birch a contribué à faire gagner les Raptors.

Birch affiche une faible moyenne de 2,9 points par match depuis son retour de blessure début Février. C’est à peine moins que sa moyenne de saison de 4,6 points par match ; il est le deuxième plus faible scoreur de la ligue parmi les joueurs qui ont débuté 15 matchs ou plus. Birch n’est pas un finisseur dangereux près du cercle, dû à son manque verticalité. Il est, parmi les pivots, en dessous de la moyenne à la fois en fréquence de tirs pris près du cercle et en termes d’efficacité à marquer sur ce genre de tirs. Son tir fétiche est un push shot à 1m50 du panier, un petit geste amusant mais qui ne représente pas une menace sérieuse si c’est le meilleur moyen pour le joueur de scorer, comme c’est le cas avec lui. On parlait du fait qu’il ajouterait le tir à 3 points à son jeu la saison dernière, mais il n’en a tenté que huit sur l’année et n’en a réussi aucun. Il ne cherche plus à tenter des tirs à 3 points en match. Peu importe là où il reçoit le ballon sur le terrain, il ne fait pas bouger les défenses de quelque façon que ce soit et ne force pas les rotations.

Les dernières semaines ont exacerbé les doutes sur sa contribution offensive. Il a raté ses push shots. Depuis le All Star Break, il a tiré à 39,3% sur ses tirs à moins de 3 mètres. Un pourcentage parmi les dix plus mauvais sur la même période. Il semble moins mobile et moins athlétique.

Son genou le gène. Les tests n’ont pas révélé de problème structurel au niveau de son genou, mais il a manqué 10 matchs d’affilée en janvier, et il doit faire face à des douleurs depuis. Cela a nécessité une surveillance et un traitement 24/7. De plus, il s’est cassé le nez et a perdu une dent, tout ça après un contact en match. Ce fut une période littéralement douloureuse pour Birch, et ces difficultés ont eu un impact sur son jeu, rendant ses blessures métaphoriquement douloureuses également.

Pourtant, elles n’ont pas altéré son impact. Lors d’une défaite de huit points contre les Cleveland Cavaliers début mars, Birch termine le match avec un +/- de +20. Il n’a marqué que cinq modestes points, mais il a été agressif en attaque, a participé à la bonne circulation du ballon et a été la meilleure présence défensive dans le secteur intérieur de Toronto. Marquer n’est pas tout ce qui importe sur un terrain de basket.

“J’aime vraiment ce qu’il nous apporte, qu’il marque ou non”, a expliqué Nick Nurse.

De même, lors d’une victoire cruciale contre les Phoenix Suns, Birch a contribué à stabiliser une équipe des Raptors en perte de vitesse. Les Raptors ont mené une grande partie du match, mais les Suns sont revenus en force pour égaliser à un peu moins de cinq minutes de la fin. C’est là qu’intervient Birch. Les Suns n’ont marqué que 10 points pour conclure le match et ont commis quatre pertes de balle. L’activité de Birch a joué un rôle important dans ces pertes de balle car il a aidé à blitz sur les porteurs de balle et à mettre la pression sur les passes.

“Je pense qu’il est clairement le meilleur pour [conclure les matchs avec sa défense]”, a déclaré Nurse après sa performance contre les Suns. “Il a de l’expérience dans ce domaine”.

Cette confiance signifie beaucoup pour Birch. C’est un gars intelligent. Il est conscient de lui-même. Il sait que cette dernière série de match a été très médiocre pour lui. Il sait qu’il a eu du mal à marquer. Le fait que Nurse l’ait maintenu dans le cinq majeur et lui ait donné un nombre significatif de minutes veut tout dire pour le natif de Montréal.

“Honnêtement, j’ai l’impression qu’avec n’importe quelle autre équipe, je ne jouerais même pas en ce moment”, a admis Birch après le match contre les Suns. “Le fait qu’ils aient cette confiance en moi malgré toutes les blessures que j’ai eues, toutes les difficultés, et que je continue à avoir des minutes en dit long sur ce qu’ils pensent de moi, et ça me donne beaucoup de confiance pour continuer malgré ma blessure.”

Il a gagné cette confiance. Il trouve le moyen d’avoir un impact sur le jeu, en posant des écrans ou en prenant des rebonds avec l’énergie et la vigueur d’un rhinocéros qui charge. Ses points on/off pour 100 possessions sont les troisièmes meilleurs de l’équipe, derrière Gary Trent Jr. et Pascal Siakam. Les Raptors ont suffisamment de joueurs qui peuvent créer leurs propres tirs. Birch obtient des minutes parce qu’il les soutient, les aide à le faire. Il y a une valeur à cela.

Pourtant, Birch ne devrait probablement pas être le pivot titulaire des Raptors. Ce n’est pas parce qu’il n’a pas mérité les minutes, mais Precious Achiuwa a simplement fait plus pour les mériter. Il n’y a pas de honte à être surclassé. Birch a même déclaré qu’il était heureux du succès d’Achiuwa et qu’il reconnaissait qu’il serait titulaire à un moment donné. Achiuwa a même été titularisé contre les Denver Nuggets et Los Angeles Lakers. Pourtant, Birch a été fantastique contre les Nuggets, parvenant même à claquer un alley oop sur transition avec une passe que très peu auraient pu attraper. Parfois, le “solid” se transforme en spectaculaire. Le point de départ est discutable, quoi qu’il en soit : les Raptors reviendront presque certainement à leur cinq de départ sans pivot lorsque OG Anunoby sera rétabli.

Mais en attendant, Birch reste bénéfique. Même s’ il traîne son genou handicapé sur le terrain, luttant contre des pivots souvent plus grands de plusieurs centimètres, il trouve le moyen de gagner des minutes. Même si les dernières semaines ont contribué en partie à ébranler sa réputation, elles ont également renforcé ses arguments en faveur des minutes qu’il a : les Raptors continuent de battre leurs adversaires pendant ces semaines, quelles que soient les performances de Birch. Les push shots sont peut-être sa seule manière de scorer avec constance, et il est possible qu’il rate ses push shots, mais les Raptors marquent quand même lorsqu’il est sur le terrain. Il y a un mot pour décrire ce genre de performances : “solid” comme diraient les américains. Mais nous l’avons toujours su.

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.